Pour en finir avec la radio poubelle

Ça y est, j’en ai assez entendu. Même en ne l’écoutant pas, j’en entends parler et je dois dire que le ton commence à m’irriter. Voici donc ma réponse à la demande d’entrevue de KYK Radio X au sujet d’Occupons Saguenay, lettre ouverte à Monsieur Pierre-Yves Renaud.

Monsieur Pierre-Yves Renaud,

Je prends le temps de vous écrire pour stopper tout de suite quelque chose qui pourrait rapidement devenir une patate chaude. Dans un premier temps, sachez que ce qui est dit ici ne reflète que mon opinion et mon opinion seule. Bien que je fasse partie d’un mouvement, (Occupons Saguenay) je ne peux me prononcer au nom de personne sauf moi-même. Le ton de la lettre ouverte est très à la mode et je pense que cela permettra à plusieurs personnes de mieux saisir ma pensée. Me voici donc lancée…

Je sens que vous vivez une urgence de savoir, tout-à-coup, ce qui peut bien nous motiver, nous, bande d’idéalistes, à occuper un parc au Saguenay, alors que nous y vivons tellement bien. Premièrement, je dois vous dire que je ne partage pas la même urgence que vous d’avoir une tribune à tout prix sur le sujet. Je vais tenter de vous expliquer pourquoi. Nous occupons le même lieu, tous les samedis depuis près d’un mois. Nous faisons circuler de l’information, nous avons un réseau solide de citoyens de tous les milieux et les gens sont de plus en plus mobilisés et engagés. Il s’est donné des ateliers, des conférences. Nous n’avons pas besoin d’une tribune intéressée, encore moins de quelqu’un qui porte un regard biaisé sur nos actions ou les gens qui y contribuent. Nous ne sentons pas le besoin de répondre à vos attaques à peine déguisées. Nous travaillons ensemble sur le terrain et je vous y invite personnellement. Vous pourrez alors apporter votre questionnement en assemblée générale. Sur place, vous constaterez également la diversité de la provenance des participants (parents, travailleurs, intellectuels, artistes, directeurs/trices d’organismes). Vous serez alors libre de les interroger sur leurs motivations, comme la plupart des journalistes auront fait à ce jour.

Au cégep, j’ai étudié au programme Art et technologie des médias. J’ai pu y trouver comme dans toute bonne formation en communications un enseignement basé sur l’éthique, la rigueur, l’ouverture et le respect. J’ai aussi appris à analyser les médias de masse, à y voir les tendances et les mouvements de foule, à voir même jusqu’à quel point il est possible de manipuler ce qu’on pourrait conceptuellement appeller «l’opinion publique». Je connais votre travail, et je sais ce que votre patron attend de vous. Vos tactiques sont à peine subtiles. Votre travail consiste à faire réagir, de part et d’autre, autour des sujets d’actualité prédominants. Sous le couvert de la liberté d’expression, vous provoquez des gens dans le seul but de les faire réagir, quitte à semer la controverse et laisser quelques cadavres sur le chemin. Vous avez tenté de nous provoquer, et je sais bien qu’en vous répondant je vous donne en partie raison.

J’aurais aisément répondu à votre invitation en ondes, cependant je décline respectueusement, non sans vous expliquer pourquoi. Ce n’est pas la première fois que KYK Radio X m’offre une «tribune». À toutes les fois, votre approche semble respectueuse et de bonne foi. J’ai même apprécié les deux fois où j’ai eu l’occasion de débattre avec Carl Monette. Parce que même si vous faites la promotion d’opinions populistes et sans aucune profondeur ou nuance, j’ai toujours trouvé le concept du débat d’idées intéressant. Les idées qui s’opposent font émerger d’autres idées, permettent aux auditeurs d’en prendre de chaque côté pour se faire une opinion. Mais à chaque fois, les trois fois où j’ai eu l’occasion de discuter en ondes avec vous, vous avez attendu que j’aie raccroché pour ensuite dire le fond de votre pensée. Alors que je n’étais plus là pour défendre mon point, vous avez soudainement baissé la garde du respect. Au-delà des opinions divergentes, vous transgressez la limite de la politesse, d’une manière odieuse et pas seulement envers le mouvement Occupons Saguenay.

Quand je lis votre courriel…

"Nous en avons conclus[sic] qu’ici les manifestants ne sont vraiment pas les mêmes. Et les motivations différentes. Oportunisme?[sic] J’ai besoin de votre réaction de vos opinions. J’ai la net[sic] impression qu’ici ce sont des lobby de gauche, des étudiants des gens qui ont un emploi. A Québec et Montréal il y a un sérieux dérapage le message noble du départ ne passe plus. J’ai besoin d’une mise au point de votre réaction aujourd’hui. Contactez-moi" [sic]

… vos approches provocatrices sur Facebook:

" Vous avez la tribune[sic] Contactez-moi au xxx-xxx-xxxx poste xxx J’attend[sic] des réactions. Les mouvements dérappent[sic] et s’éloigne[sic] de votre cause noble à l’origine.
Faisons le point vous avez la parole. Prouvez-moi que ce monvement n’est pas à la merci de riches "lobby" de gauche. Toujours pas de nouvelles d’Occupons Saguenay[sic]"

Vous tirez des conclusions rapides sur quelque chose que vous n’avez même pas pris la peine de venir voir en personne. Opportunisme? Faites-moi rire ou trouvez mieux. J’ai une entreprise à la maison et deux jeunes enfants. Je cours entre les clients, les lunchs à préparer, l’école et la garderie… Mais quelle est donc cette opportunité dont vous voulez parler? Celle de ne pas être en train de plier du linge parce que je crois encore en la démocratie ou celle de passer une journée au grand air plutôt qu’à travailler devant l’ordinateur?

Si je suis en train de militer, c’est parce que je crois profondément que notre système a besoin d’une réforme drastique à plusieurs niveaux. Espérez-vous vraiment me convaincre que nous sommes si bien au Québec? Cette manière de voir est terriblement individualiste, voire égoïste. Le néo-libéralisme fait des ravages, l’économie des marchés ne cesse de creuser les inégalités sociales, les spéculateurs nous paradent de crise en crise, il y a des gens qui ne mangent pas ici, des sans-abris, ici. Et je n’ai pas parlé de tous les travailleurs qui se font exploiter par des corporations de plus en plus grosses et hypocrites, des corporations à la soif de profit intarissable. Je n’ai pas parlé de ceux qui ont la langue liée parce qu’ils perdraient leur emploi. J’en connais personnellement. J’oublie peut-être que l’éducation, la santé et l’environnement ne sont pas les priorités du gouvernement en place. Nous venons d’élire un gouvernement de droite, avec à peine plus de 60% de la population aux urnes et un mode de scrutin qui n’est pas représentatif. Les banques alimentaires n’ont jamais vu une augmentation de la clientèle aussi spectaculaire. Pas besoin d’une augmentation de 800% du panier d’épicerie pour que ça paraisse dans l’assiette de plusieurs, dont la mienne.

Avez-vous vraiment l’impression de ne pas faire partie des mêmes gens que moi? Respirez-vous de l’air? Rassurez-moi… vous faites bien caca chaque jour? Si oui vous êtes un être humain, comme moi. Cela ne vous touche pas du tout? Monsieur, même si vous clâmez haut et fort que la situation ne vous concerne pas, pire que cela ne nous concerne pas, vous avez tout faux. D’abord, parce que je suis assez grande pour choisir ce qui me touche, me concerne, me consterne ou m’indigne. Ensuite parce que c’est notre mode de consommation effréné qui entretient cette économie de marché. Le problème, Monsieur Renaud, c’est vous, c’est moi. C’est notre mode de vie. Votre cynisme est inadmissible. Ce serait comme annoncer à mes enfants qu’il n’y a pas d’espoir. Leur dire qu’il y a des gens qui ont plus de mérite que d’autres, qui sont meilleurs ou mieux, qui méritent plus de gloire, plus de notoriété, plus de réussite. C’est lâche de dire qu’on ne peut rien y changer. Je sais très bien qu’au fond de vous-même, tout au fond, vous aimeriez y croire. Parce que c’est terriblement beau la vie, Monsieur Renaud. Que vous le vouliez ou non. Là où vous voyez de l’opportunisme, moi je vois de la solidarité.

Nos idées sont diamétralement opposées, mais là n’est pas le problème. Le problème est que sous la forme d’une invitation respectueuse à un débat d’idées ouvert, vous essayez en fait de semer la controverse et de propager votre pensée magique et démagogue sur les ondes. Je choisis pour ma part de me concentrer sur les enjeux. Mon énergie ira à la construction d’une société plus juste.

C’est donc sur la base de votre mauvaise foi évidente, de votre incapacité à susciter un réel débat d’idées et de votre fermeture d’esprit que je refuse de vous accorder une entrevue. Je souhaite que mon refus de répondre à vos demandes soit public, et les raisons qui l’accompagnent aussi. Pour ma part, je n’écoute pas votre radio. Dites ce que voulez, je sais que ma cause est juste et je continuerai de la défendre. J’ai fait le choix d’être un agent de changement dans ma société. Je suis porteuse d’un message positif. Le mouvement d’Occupation aussi. Vous ne pouvez pas nier qu’il se passe quelque chose, au niveau planétaire. Si vous le niez, vous êtes soit ignorant, soit ignoble.

Le respect, la tolérance et l’ouverture étant ma ligne de conduite, je vous invite à venir nous rejoindre samedi prochain, en terrain de démocratie ouverte, au Bassin de la Solidarité.

Marielle Couture

Citoyenne de Saguenay

« La situation actuelle nous mène dans une impasse, un cul-de-sac dont on ne pourra pas se sortir. Il faut agir. Nous ne sommes ni de droite ni de gauche; ni fédéraliste ni souverainiste; nous sommes indignés et nous avons une voix. Nous crions notre désir de changement, de démocratie, de justice sociale.»

Extrait du manifeste des occupants de Montréal

    • Michel Payette
    • 3 novembre 2011

    Excellente réponse. Je considère cependant que c’est accorder beaucoup d’énergie à un triste personnage qui gagne sa vie en dénigrant celle des autres, les autres étant tous ceux qui ne partagent pas ses idées ou sa vision un peu beaucoup biaisée du monde qui l’entoure. Continuez votre beau travail.

  1. Occupy Wall Street, Occupons Montréal, Occupons Québec, Occupons Saguenay….Occupons-nous!!!

    Malheureusement, force est de constater que la majorité de ceux qui participent à ce mouvement idéaliste n’a aucune idée précise de ce pourquoi ils militent.

    J’ai beau essayer de toutes mes forces… je n’arrive pas à voir autre chose qu’un rassemblement populaire (ou populiste) de visionnaires gauchistes en manque d’attention.

    Le fond n’est pas clair, la forme est ridicule et l’image que ça donne est médiocre.

    Facile de s’approprier un banc de parc et se faire cuire des saucisses sur un feu de bois en secouant une pancarte de temps à autres…

    Suis-je le seul à me dire qu’il y a des manières plus concrètes de changer le système actuel?

    Vous qui "criez votre désir de changement, de démocratie et de justice sociale.», avez-vous pensé à arrêter de vivre comme des itinérants dans nos endroits publics et à former un mouvement politique?

    À voir le faible taux de participation aux scrutins avec les libéraux et les conservateurs au pouvoir, encore faut-il que les gens qui partagent votre vision aillent voter.

    J’aimerais vous comprendre, vous et vos revendications mais malheureusement vous ne faites que creuser le canyon qui sépare ma façon de voir le monde de la vôtre.

    Vous pouvez dire qu’on est démagogues, sophistes et qu’on vous juge trop rapidement… Je ne vois que des idéaux, aucun objectif précis…que du rêve.

    • Votre questionnement est fort légitime. J’en étais aussi jusqu’à ce que j’aille sur place au Square Victoria à Montréal. Vous voulez vous renseigner à ce que je comprends de votre intervention? Allez lire cet article éclairant du Devoir.
      http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/334807/occupons-montreal-les-refugies-du-systeme-financier

      La démocratie peut s’exprimer aussi en dehors de la formation d’un parti politique. La démarche Occupy est un symbol fort et le début d’une démarche de changement qu’on peut associer au Zeitgeist normale d’une société qui se fait étrangler lentement. Nier ce fait s’apparente à se cacher la tête dans le sable ou vivre sur mars. Quelque chose est en train de se passer…

      • Marc Laforest
      • 4 novembre 2011

      Venant d’une personne qui annonce haut et fort sur son facebook qu’il a voté Conservateur pour être stratégique et logique en montrant son manque de couilles en disant sans aucune honte :

      "Non mais ce que tu comprends pas, c’est qu’on le savaient tous qu’il allait être au pouvoir, aussi bien suivre la vague… , si on en avait élu quelques uns du PC, on serait p-t moins laissé de côté justement :P".

      C’est exactement le genre de façon de penser de lâche et de trouillard qui creuse notre tombe au Québec. En plus de se faire cracher à la gueule, on se range du côté de notre oppresseur et on fait la belle pour essayer d’entrer dans ses bones grâces. Alexandre tu es un être humain toi aussi et tu as le droit d’exister. Le complexe d’infériorité du Qubébécois moyen qui t’assiège peut n’être que passager si tu arrêtes de participer à des débats qui dépassent ta compréhension pendant un temps. Commences par te renseigner, lire un peu plus. Et reviens-nous en force. Je sais qu’il y a sans doute quelque chose de bon au fond de toi quelque part, caché sous ces tonnes de tentatives de bien paraître.

      • Ahahahah, connais-tu le contexte politique actuel dans ma région? Non?

        Alors, "Commences par te renseigner, lire un peu plus. Et reviens-nous en force!"

        J’adore les valeurs que vous véhiculez, c’est plein de bonne volonté…mais de grâce, descendez de votre nuage.

        Trouvez vous un objectif et des revendications précises et claires ainsi qu’un moyen de transmettre le message autre que de camper dans un endroit public et d’attendre que la classe politique et les autorités interviennent pour ensuite vous lamenter de l’oppression de la droite qui vous censure et vous bâillonne et vous empêchent de poursuivre votre sainte croisade. Vous vous attendiez à quoi?

        Sérieux, admettez le: Vous avez tué le message.

        Non seulement vous avez tué un message sans fond, avec la forme, vous avez encore plus marginalisé votre mouvement. Vous avez perdu une bonne parti de l’appui de la population.

        Encore là, vos valeurs sont bonnes…Moi aussi j’aimerais qu’on soit tous sur un certain pied d’égalité. Qu’il y ait moins de pauvreté, etc etc etc…

        Mais moi, avec ce que j’ai vu…oubliez ça.

        Je préfère de loin m’associer à la "méchante" droite. Au moins là, on parle de concret.

  2. Il y a dans vos propos une grande part de noblesse qui me force à l’admiration. Une réflexion comme vous le faites permet à des citoyens choyés comme moi (mais qui a tramé très dur pour arriver à ce point) de conserver un contact avec la réalité de beaucoup de mes concitoyens. L’individualisme et la peur est en train de détruire notre monde. Un retour aux valeurs qui font que nous pouvons progresser pour le bien du plus grand nombre doit être mis de l’avant. Ce que vous faite contribue à cet embryon de changement. Je suis moi-même un produit du Saguenay qui a dû quitter il y a longtemps à cause de la morosité de l’emploi et de l’inexistence de la culture et de l’art dans la région (au début des années 90). Je constate que les temps changent et que la région est maintenant au diapason du reste du monde grâce à des gens comme vous. Bravo de vous tenir debout.

    • Félix McKoy
    • 3 novembre 2011

    Le destinataire de cette lettre est un pion du système. Il est tellement bien engraissé par ce dernier qu’il est complètement aveuglé. Il est asservi et vogue d’un sophisme à l’autre. Ce phénomène est extrêment répandu et contribue malheureusement à faire passer les indignés pour des hurluberlus.

    Cette radio n’est pas digne du débat de fond que la société doit avoir. J’appuie votre refus.

    La logique du système actuel est basée sur la croissance et cette dernière s’appuie sur la surconsommation et le gaspillage. Ça s’appelle la fuite en avant. Nous le paierons (l’humanité) très cher éventuellement.

    • Norm
    • 3 novembre 2011

    du monde sans travail cherchant a bruler un peu de temps libre ….. bien hate de les voir occuper un parc a -35 au mois de janvier … les convictions vont soudainement prendre le bord….

      • Oli
      • 3 novembre 2011

      Encore un beau préjugé pré-fait et préchauffé, je vous suggère de lire plus que les deux ou trois premières lignes du texte ci-haut, vous constaterez peut-être que ce ne sont pas seulement les gens sans emploi qui militent …

    • Arnaud Brubacher
    • 3 novembre 2011

    J’ai énormément de commentaires a laisser mais je vais me contenter de : BRAVO ET MERCI !!

  3. Bien que le terme "occupation" me déplaise, je vois en ce mouvement spontané un essort de communication sociale et de simplicité volontaire visant à rapprocher des gens de toutes appartenances face au système, au gouvernement et aux groupes politiques de tout poils. Ainsi, au- delà des différences, des luttes divergentes et des préjugés, il peut naître quelque chose de puissant, transcendental et spirituel de cette utopie. De par leurs affirmations et leur espérances collectives,c’est une union de tous ceux et celles qui refusent de se laisser guider par l’économie, la pseudo-bienveillance de ceux qui prétendent nous diriger et le totalitarisme émanant de l’immuabilité des lois et du stoïcisme castrateur des valeurs transmises par la morale obscurantiste et arbitraire de nos fonctionnaires…ces prêtres du dieu maléfique appellé jurisprudence! Aussi, en tant qu’un partisan de la liberté, je vous saluent, contestataires improvisé(e)s, libérez-vous du joug de la froideur du métal et du béton et glorifier la beauté de vos natures respectives, artistes de la vie et de l’espoir…

    • Maxime
    • 5 novembre 2011

    Un seul mot : Bravo.

    • Alexis Vaillancourt
    • 7 novembre 2011

    Mme Couture,

    Votre billet fait du bien. Cathartiquement parlant. Vous dénoncez avec justesse le jeu hypocrite de radios qui détournent le véritable sens de la liberté d’expression au profit d’une popularité bonbon et mercantile. Le pire dans tout ça, c’est que des types comme ce Monsieur Renaud dont vous dénoncez les pratiques doivent croire en leur rôle de justicier… le doute ne faisant pas partie de leur bagage critique.

    Fraternelles salutations,

    Alexis & Janick

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: